Adeline .... souvenir d’une nuit étudiante

Come back dans les années étudiantes, les années insouciantes.

C’était lors de ma 2ème année, on se détend un peu et on profite de la liberté d’habiter tout seul dans une grande ville. Le cercle d’amis s’est constitué la premier année et nous voila à la rentrée de septembre prêt à profiter de nos retrouvailles.

Parmi ce groupe quelques filles dont Adeline. Elle était plutôt petite, environ 1,50m, un look rock très garçon manqué. Ses courbes n’étaient pas tres féminines, quasiment pas de poitrine, des hanches pas dessinées et les fesses plutôt plates…Oui mais Adeline avait ce regard… ce regard qui fait vibrer le mâle au fond de vous, ce regard avec juste ce qu’il faut de fragilité, de tristesse et de mélancolie pour vous donner envie de la protéger, de la serrer dans vos bras… Loin d’être un fantasme qui nourrissait mes moments solitaires, elle n’en restait pas moins quelqu’un pour qui j’avais une grande affection.

Ce soir là, nous étions sorti avec plusieurs amis dans les pubs du vieux Lyon. Elle était là comme souvent… la bière coulait à flot, on changeait de bars aux gré de nos envies. Le groupe s’égrenait à chaque nouveaux lieux… on a fini à 4 dans un bar rock avec un groupe en Live. Les 2 autres, un couple, nous saluent après un dernier verre et s’en vont…

Me voilà seul avec Adeline, la musique est forte, les gens dansent, on a déjà beaucoup bu… Je lui propose un dernier verre pour la route, elle accepte. Je vais commander et en revenant, je me surprends à la regarder danser… j’arrive à sa hauteur… lui tend son verre…nos mains se touchent… je suis troublé…mes yeux croisent les siens… cet air un peu perdu, un peu fragile et innocent … la musique change… un slow… je lui propose de danser… je l’enlace… elle se colle à moi… sa tête contre mon torse … On est porté par la musique et mon esprit se laisse aller à une envie… l’envie d’elle.

On sort du bar, il est tard, 2h ou plus. On attrape un vélo, je la prends avec moi. On habite pas loin donc je la raccompagne. Elle est sur la selle dans mon dos, ses mains m’enserrent pendant que je pédale en danseuse … On arrive et je range le vélo… elle me regarde…m’attend. A cet instant, elle est tout ce dont j’ai envie. Je m’approche d’elle, l’embrasse … elle se laisse aller … nos langues dansent … nos corps se rapprochent … nos mains s’égarent sous nos t-shirt… un bruit de moteur nous tire de notre étreinte. On avance en silence, le pas rapide, l’esprit noyé dans un mélange d’alcool et d’excitation… la porte de la résidence étudiante… l’ascenseur … les portes se ferment … nouveau baiser intense et chaud… les mains s’égarent … cling … c’est l’étage … la clé … la porte … clac ! … nous voilà à l’intérieur.

Sans même prendre le temps d’allumer, je la plaque contre la porte … l’embrasse … elle se presse contre moi… nos langues se mélangent. Les vêtements tombent … t-shirt … jean … je la soulève, ses jambes s’enroulent autour de mes hanches … on se dévore… le cou … le torse …la poitrine … ses mains me griffent le dos… les miennes lui caresses les fesses … nos corps miment déjà la suite, nos hanches ondulent en rythme … mon sexe frotte contre le sien … nos sous-vêtements contiennent encore le torrent d’envie qui nous assaille.

Je la repose … nos mains se perdent instantanément sur le sexe de l’autre… elle est trempée … je suis dur … je sens sa petite main se fermer sur mon membre … je grogne de plaisir… mon doigt glisse sur sa fente et rentre en elle. Elle gémit. On se masturbe ainsi un moment, les derniers morceaux de tissus tombent et seuls les gémissents se font entendre. On ne parle pas, on se laisse porter par le désir…

Je la prend par la main, attrape mon jean et la dirige vers son lit. Elle monte dessus et me regarde chercher avec difficulté la capote que j’ai dans ma poche … l’alcool, l’excitation et l’obscurité ne m’aide pas à avoir l’esprit clair… dans son regard, obscurité ou réalité, j’y vois de la luxure, de l’envie … elle se penche et prend mon sexe en bouche… le contact de ses lèvres sur mon gland, la chaleur de sa langue, ses va et vient… mmmmhhh c’est bon… j’ai trouvé depuis bien longtemps mon capuchon mais je profite de ma gâterie encore un peu… je dépose mon jean… elle me libère … me regarde, je n’avait pas rêvé, plus d’innocence ni fragilité dans ses yeux… elle n’est que pure envie… « Donne moi ta ceinture et tourne toi ! »…Surpris, je m’exécute.

5 J'aime

Superbe ! Merci pour ce récit qui ravive les souvenirs étudiants. La suite ? :wink:

1 J'aime

Merci à toi pour ton commentaire !

Je vais trouver le temps pour la suite promis :wink:

Récit très agréable à lire, si la suite va venir alors on attend de pouvoir la lire

Waou du rythme … j’aime bien ! Et tu coupes juste là où il faut pour nous faire languir.
:popcorn: la suiiiiiiiiite :eggplant::corn::banana::cherries::tangerine:

1 J'aime

Roooooo tu coupes au mauvais moment.
Comme dit Kalinda, vite la suite !