Joueuse sur la plage

Été (2018), en vacances dans le sud de l’Espagne. Pour accéder à la plage naturiste, on devait passer par un petit pont de bois par-dessus les dunes, on connaît bien cette plage isolée et un peu sauvage, elle est, me semble-t-il, familiale. Comme souvent, quelques mateurs zonent dans les dunes et il y a quelques hommes sur le parking, mais pour nous c’est correct nous n’avons jamais été témoins de quoi que ce soit. Donc cette fois-là, on grimpe la passerelle et un homme est appuyé sur le rebord du pont et nous montre d’un air de pas le vouloir son sexe d’une taille assez conséquente. En redescendant sur le sable chaud, je dis à ma belle

  • Tu as vu sa queue ?
  • Oui, il est là pour ça, me répond-elle, et il se la tire.

Le type était bronzé, plutôt mince, et une queue d’environ 18/20 centimètres d’un beau diamètre, tout à fait mon opposé.

Ça fait un moment que j’ai envie que ma femme goutte au plaisir de l’exhibition, comme beaucoup de femmes, elle aime qu’on la regarde. C’est vrai qu’avec ses longs cheveux châtains bouclés, son 95 D et ses hanches harmonieuses beaucoup se retournent sur son passage. Je lui dis que si elle a envie de jouer, elle peut se montrer. Elle hausse les épaules tout en regardant discrètement dans sa direction.

On installe la serviette, on se déshabille et déplie notre tente parasol, je fais exprès de lui donner les piquets qui vont derrière la tente et lui dit

  • Amuse-toi.

Je la vois qui se cambre pour faire ressortir son petit cul bien rond tout en plaçant les piquets, je mate discrètement le mec, il est allongé et se caresse, les jambes légèrement écartées ; en regardant ma femme, sa queue se gonfle.

Je m’installe face à la mer, donc dos au mateur et caché par la tente parasol. Elle s’allonge face au mateur (qui s’excite de plus en plus), légèrement à côté de la tente, prend son livre et se met à lire. De temps en temps elle me commente son branleur « il se branle » "il écarte les cuisses " « il remue son bassin ». Je me retourne, il ne se cache plus il est debout dans les dunes, je le vois avec son énorme tube à la main. J’essaie de la pousser à prendre du plaisir, à s’exposer, elle écarte un peu plus ses cuisses mais n’ose pas le regarder fixement. À ma demande elle vient sous la tente je passe ma main entre ces cuisses et je sens qu’elle est trempée.

Après un petit bain, on reprend nos positions et elle me dit qu’un deuxième mateur est venu, il est plus proche de nous, le deuxième gars est allongé sur le côté se caresse la hampe, il n’y a pas beaucoup de monde autour de nous, je fais celui qui ne voit rien. Le gars des dunes lui fait un signe pour lui demander d’écarter les cuisses, cela la fait rire je la sens presque rougir, le second se lèche les lèvres et il est plus vulgaire que le premier, c’est la première fois qu’elle est aussi joueuse sur la plage. Je n’en peux plus, j’ai envie qu’elle s’amuse et quelle fasse jouir celui qui est dans les dunes à distance. Il est 17 h, un impératif nous oblige à quitter la plage. Elle enfile un paréo pour retourner à la voiture. Je suis tellement excité, que j’ai envie de la baiser là dans les dunes devant ce branleur. Elle ne veut pas,

  • Il est trop près, me dit-elle.

On arrive à la voiture le type nous mate du haut des dunes, je montre à ma belle mon envie, mais il y a trop de monde sur le parking. On a dû s’éloigner sur le chemin pour que je puisse la prendre en levrette contre la voiture.

Quelle journée ! Mais il nous reste encore quelques jours de vacances…

8 J'aime

Bon debut… merci pour le partage

Sympathique ces petits jeux de couple !!!

J’adore. Beau texte, franc et excitant.

Très agréable cette lecture
Très belle après midi pour vous