Le week-end d’après

Putain de confinement…on n’a rien vu venir ! J’ai eu le droit d’être dans les premières vagues, abattue les quinze premiers jours de mars si bien que je n’étais pas totalement lucide quand à sonné cette fichue interdiction de circuler. L’impression d’être dans une mauvaise parodie de the walking dead sans les zombies. Je me suis demandée s’il ne fallait pas garder un couteau à porter de main mais bon c’est pas avec un économe que je vais aller loin…
Pourquoi maintenant ? Quel timing ! Juste quand nous avions plusieurs rendez vous de programmés.
Ainsi va la vie…
Alors j’imagine ! Certainement un fantasme à ranger dans ma bibliothèque mais je vous ouvre le livre…
Toi qui sonne à la porte, j’ouvre et je croise ton regard charmeur, j’y découvre tes sourires, comme ça m’a manqué, cette vigueur dans le regard étincelant. Tes lèvres, tes bras, tu es là ! Je me colle contre toi, serre moi, serre moi fort, oh cette odeur que tu dégages, je te hume et la fragrance de ton parfum me chatouille les narines. Je sens de suite l’attirance mais j’ai envie de tes lèvres. Je me hisse sur la pointe des pieds, tu es grand, je dépose ma bouche sur la tienne et je t’embrasse presque avec timidité. J’y mets énormément de tendresse.
Tu entres, me regardes et me reprends dans tes bras, tu m’enlaces, je me sens en sécurité contre toi .
Tes lèvres s’emparent des miennes et ta langue caresse la mienne, lentement comme si c’était la première fois et que tu voulais prendre le temps d’enregistrer l’instant.
On fait quelque pas l’un contre l’autre sans que nos bouches se décollent, mmmm, tes lèvres, cette impression d’être dans du coton, je flotte presque.
Nous voilà au salon, j’y ai un petit fauteuil dans lequel un coussin est apposé. Je le jette à tes pieds, tu sais que je meurs d’envie de te goûter. J’ai envie de profiter de ce moment qui nous est accordé, de sortir, de respirer mais avant j’ai tellement envie de te sentir vibrer.
Je galère à dégrafer ta ceinture, j’y parviens alors que la pointe de ma langue suit le pourtour de tes lèvres. Mes mains ouvrent ta chemise que je puisse embrasser ton torse, un téton que je mordille au passage, ton nombril que je mouille délicatement. Ton gland est proche de mon visage, tu es déjà en forme, je souffle légèrement sur la goutte qui perle, sens tu ce chatouillement ? Je constate un mouvement vers ma bouche, ton sexe s’érige vers elle signe que l’envie est belle et bien présente.
Je m’agenouille devant toi et j’embrasse ta hampe sous ton gland et je lèche ton frein, je te sens t’électriser. Ton gland attendra, qu’il perle et qu’il se gonfle de désir. Deux trois passages de mon appendice humide puis je zygzage vers tes couilles. Je vais rester délicate mais j’ai envie de lécher en dessous, juste derrière là où la peau est si fine et douce. Tu respires plus fort maintenant.
Alors j’aspire un peu, un kiss aspiré, ta bourse vient un peu vers mon orifice, tu te laisses faire. Je retire ma bouche pour laisser une main te les malaxer, et sans te prévenir je tête ton gland qui luisait impatient de ressentir une chaleur moite. Je l’entoure, je l’enserre, tu es mien. Ma langue l’encercle lentement, très lentement. Je continue ma danse, à genoux devant toi, offerte à ton sexe ou alors serait ce ton sexe qui s’offre à moi ? Je te sens à la limite, tu deviens hyper sensible et tu te cambres afin d’essayer de t’enfoncer. Mais non je t’en empêches, je recrache ton gland pour revenir sur ton frein, mes lèvres de chaque côté, je suis sa ligne, doucement de haut en bas puis j’accélère un peu en aspirant. Tu plies les genoux comme pour résister.Tu as fermé les yeux comme pour ressentir encore plus les sensations. Alors je te prends ! Totalement ! Une gorge profonde, jusqu’à la garde et je reviens à mi distance. J’entends un râle de bien être. Je vais commencer rapidement pour changer, je t’entends, je sens ton plaisir et j’en suis très excitée. Je sais que si je relâche la pression tu vas vouloir prendre les choses en main mais là non, non, je veux t’entendre, je veux que tu te laisses aller dans ma bouche. J’accélère et quand je sens ta veine se tendre je ralentis. Tu sais à quel point j’aime la lenteur et ces vidéos d’alternance et de douce torture m’ont donné envie de me pencher sur la question. Te sentir à deux doigts de venir mais de ralentir juste à temps pour changer mon rythme en lenteur exacerbe tes sensations. Mais tu finis par m’attraper pour venir et aller en moi avec plus de rapidité je sens que tu vas te libérer alors je me retire non pas pour ne pas continuer mais pour que tu puisses voir ton jet se projeter, j’ai laisser ma bouche en face et ouverte alors j’accueille ta semence. J’aime ton goût qui n’est pas agressif, tu me relèves pour m’embrasser, nos salives se mêlent au fruit de ton plaisir.
Tu me souris, tu es détendu !
« une douche vite fait et je t’emmène ! J’ai envie de te faire grimper mais cette fois ci au sens propre ! Te faire découvrir la vue de notre beffroi, c’est à couper le souffle ! Ensuite j’ai énormément d’idées …on en discutera autour d’une bonne bière histoire d’agrémenter ce magnifique week-end qui s’annonce, et oui le soleil brille. »

6 J'aime

Merci Kalinda, de nous avoir ouvert ce livre de tes pensées

1 J'aime

Humm terriblement excitant et tu m"excuseras du terme BANDANT !! Bref bisous et merci

1 J'aime

Merci de m’avoir lu et je suis ravie de vous avoir emmené dans mes pensées :kissing_heart:

1 J'aime

Je pense qu’on a tous besoin d’un bon moment physique pour nous détendre !

Merci d’avoir laissé un commentaire, assez drôle d’ailleurs :sweat_smile: le sport est un bon exutoire ! Ça évite aussi de trop tirer dessus rire.

Quel récit. J’étais passé à côté. J’ai bien envie de ce genre de moment physique avec toi. Te lire et sentir à quel point tu désires ce jet de semence et cette queue… Je reste passablement excité chaque fois que tu montre ton ou que tu délies cette langue, que ce soit pour t’exprimer ou pour autre chose.

1 J'aime

Ce texte a été écrit pour quelqu’un et je sais que ça le faisait fantasmer !
Moi je suis plutôt dans la lenteur et la douceur, pas certaine que ça te plaise :joy:

1 J'aime

Tu m’as bien cerné et je soupsonne cet état de fait d’être un frein entre nous :slight_smile: Mais en te lisant, je sais que tu saurais me rendre fou de frustration… et j’adore ça :wink:

Merci pour de très beau texte
la personne à qui tu adresse ce texte doit être très heureux d’imaginer ce moment très agréable

1 J'aime

Merci pour ton comm, en toute franchise je pense que mon texte ne lui a fait aucun effet… histoire compliquée !

Merci pour ton récit… très excitant et immersif :fire:

1 J'aime

ah et bien c’est dommage pour lui je pense

Merci Tenebris :kissing_heart: ah ce confinement fut bien difficile à vivre