Lundi, ca sent le printemps

Il était tôt. Elle venait de se réveiller, j’étais arrivé avec l’excuse des croissants. Une mauvaise excuse mais avec de la confiture c’était acceptable. Elle m’attendait dans son canapé. Aucun effort dans la tenue, ses seins libres sous le tee shirt, l’absence d’une quelconque marque sur le tissu. Je me suis installé face à elle, le café était chaud et les croissants avenants. Ses jambes nues. Elle bougeait doucement laissant le tissu dévoiler et cacher sa peau. Une conversation tranquille, décousues. Des silences pour reprendre mon souffle et raccrocher dans un ordre convenable mes idées. Ses jambes se sont doucement ouvertes, décroisées. Nue, offerte, elle m’invitait à me glisser entre celles-ci. Agenouillé à ses pieds , j’ai gouté le délice de sa nuit. Un nectar, une douceur, juste de la gourmandise sur le bout de la langue. Le plaisir fut fort, le souffle rauque. Doucement le gémissement à fait place à un cri. Le ventre tendu, mes lèvres collées à sa toison, une liqueur. Divin ce petit déjeuner un lundi matin.

7 J'aime

Un matin ça ne sert à rien :notes: sans un coup de …
Ah bah non ce n’est pas une main mais une pointe de ta langue, langue que tu sembles maîtriser !
Merci pour ce petit texte

Très agréable ce déjeuner