Ma pratique de la masturbation (brèves)

Synchronisation

Depuis que j’ai l’âge de me masturber, je le fais en regardant du porno. Vous le savez déjà que j’adore ça. Et une pratique qui me vient de cette époque là c’est que je me débrouille pour venir en même temps que l’homme qui est en scène. Je ne parlerai pas de ce qui m’excite dans le fait de voir un homme éjaculer (peut-être une autre fois) mais plus de fait que j’ai l’impression de m’identifier, d’être dans l’image. Et puis récemment j’ai vu une scène, le mec éjacule au visage de la dame… Bon sur le principe j’adore, mais l’attitude de la dame m’a marqué, épuisée elle semblait avoir terminé bien avant lui. Je me suis mis à m’imaginer alors en train de me branler devant cette fille qui n’éprouve plus de désir ni de plaisir et décharger sur elle mon excitation. Et bien l’orgasme ressenti était proche du rien. J’ai éjaculé sans plaisir.

Depuis il m’arrive alors fréquemment de venir en même temps… que la dame. Quand je la vois jouir, si j’en suis là, je jouis avec elle (bien sûr j’imagine que l’orgasme est réel). Et bien voyez-vous, j’ai de bien plus beaux orgasmes depuis que je jouis en même temps qu’elles…

Je trouve presque triste de ne pas avoir pris cette petite habitude avant.

Bien à vous.

4 J'aime

Merci pour ce partage.

Personnellement, j’ai changé ma manière de me masturber en regardant du porno depuis l’adolescence. Aujourd’hui, je recherche beaucoup plus l’excitation à travers l’esthetique de l’actrice dans des postions qui me font fantasmer et surtout un minimum de « vrai » dans la scene (les scènes de Clara Morgane qui me faisait tant fantasmer ado ne me procurent plus rien aujourd’hui tellement ça sonne faux).

Souvent je ne regarde pas les videos en entier. Je regarde une scene qui m’excite particulierement et je mets la video en pause quand je trouve le moment des plus torride et je finis en imaginant une suite qui melange mes fantasmes et cette actrice.

Ce n’est pas triste que tu n’est pas pris cette habitude plus tôt, c’est normal, tes envies, tes besoins et tes fantasmes evoluent avec le temps et les sources de plaisir solitaire suivent.

4 J'aime

En effet. Tu as raison ça n’a rien de triste. Il faut expérimenter longtemps avant de trouver ce qui nous convient.

Sur le fait que ce soit du vrai, c’est évident que dans un porno la plupart du temps il y a simulation. Et du coup l’idée c’est que je ne m’en aperçoive pas. Il faut suspendre son incrédulité de manière consentie. Certaines actrices me font rêver physiquement mais à l’écran elles hurlent, ou se comporte comme si c’était leur quatrième fois de la journée (c’est sans doute le cas).

Ce qui m’amène aujourd’hui à prendre beaucoup plus mon temps devant des vidéos. J’arrête si ça sonne faux, je passe à une autre vidéo. J’essaie de trouver le bon moment. Et parfois je repère une scène, une position, une attitude et le moment de jouir, j’y reviens à ce passage que j’ai déjà vu et je synchronise, le plaisir de la scène vécu et le plaisir du corps qui exulte. Et je ne dis pas de temps en temps une belle ejaculation à l’image, je me laisse aller…

3 J'aime

La masturbation ne rend pas sourd.

J’attache une importance énorme au son (c’est mon métier je suppose que c’est logique). Dans un porno, la voix de l’actrice est fondamentale à l’accès à l’orgasme. C’est très personnel bien sûr. En écho au dernier post, les voix doivent sonner juste. Entendre un orgasme, comme en vrai, c’est un moment incroyable, d’une sensualité infinie. Dans ma pratique de la masturbation devant un porno, c’est devenu central. Alors oui le corps, oui le charme, oui les prouesses physiques des modèles hommes et femmes qui m’accompagnent lorsque je me branle sont essentielles, mais si j’entend une voix qui m’excite, c’est plus fort que tout. Alors je vous conseille cette chaine pornhub :
https://fr.pornhub.com/model/cherry-grace
La fille a un corps sublime c’est sûr, et monsieur n’est pas mal non plus, mais sa voix… oulala… Les scènes sont convenu, pas mal de slowmotion, pas forcément intéressant mais l’entendre elle, ça vaut le détour.

Et depuis quelques temps je me met au porno audio. Des récits, comme ici, compté de façon sensible pour vous guider dans vos moments de plaisir. Essayez, vraiment, femmes ou hommes, d’ailleurs le lien que je vous passe est plutôt destiné aux femmes, moi je les adore. Enjoy :

Bien à vous.

Hum hum
Je suis un peu comme Tenebris, j’aime faire monter l’excitation et ensuite fermer les yeux pour laisser mon imagination travailler.
J’essaie de ne pas regarder de fake, j’aime les vraies scènes.
Quant au son, je n’y suis absolument pas sensible, au contraire, je pense que je n’en mets même pas :sweat_smile:

2 J'aime

A tiens ? Ah moi il me faut du sonore, c’est un sens par lequel je peux très vite passer à un état d’excitation avancé.

Nouvelle brève : la masturbation à plusieurs.

Je ne parle pas de la masturbation mutuelle ou l’autre vous touche mais bien de la masturbation en même temps, à côté d’un, d’une ou de plusieurs autres.

Trois cas de figure : avec une personne de votre sexe et hétéro, avec une personne du sexe opposé et hétéro, avec une personne du sexe opposé et homosexuelle.

J’ai pour ma part connu les trois cas de figure.

Premier cas de figure d’abord.

Me branler à côté d’un homme ne m’a jamais vraiment plus, j’ai mis du temps avant que ça ne m’arrive et j’avoue ne pas avoir trop apprécié le jour où ça s’est passé. Mais enfin je le confesse, avoir eu un moment d’égarement avec un ami, éméché nous parlions de cul et la déviation a dévié sur les actrices x qui nous rendaient dingue. Et bien évidemment nous avons fini par nous branler devant des videos. Je nous revois nus tous deux, ivre, astiquant nos manches, commentant nos attributs (bon lui avait un petit sexe mais il était beau il faut le dire).

L’orgasme nous a fatalement pris au bout d’un certain moment probablement trop long, et il a jouis avant moi. Et bien je l’ai regardé éjaculé entre ses doigts et ça m’a excité et provoqué la mienne d’éjaculation. Cela m’a trotté dans la tête un moment. Je ne pensais n’avoir d’excitation que pour l’exultation du corps de la femme… Bien forcé de constater aussi, qu’il y a une grande excitation à voir éjaculer un homme sur une femme dans les videos, mais j’imputais cela à l’identification à l’autre. Peut-être étais-ce la même chose avec mon ami. Enfin nous nous sommes observé de manière un peu génée. Et la soirée pris fin.

J’avoue ne plus avoir voulu recommencé depuis, j’ai même un peu honte parfois quand j’y pense. Pourtant un homme jouit à mes côté, en présence d’une femme et tout va bien, l’ambiguité de mes désirs m’échappent et finalement c’est ok.

Second cas de figure.

Difficile lorsque ça nous arrive de ne pas céder à l’autre et j’avoue que c’est dans des circonstances particulières, avec cette amie qui s’appelle Pauline. Se masturber à ces côtés ça a été pour moi un acte fondateur de ma sexualité car ce partage était bien plus intime que ce qu’on pourrait imaginer. Déjà, voir l’autre bouger, savoir comment elle se fait plaisir. Et puis c’est un vrai partage d’intimité où chacun se dévoile. Nous faisions ça l’un devant l’autre ou devant une video. Je lui lisais des récits érotiques pendant qu’elle se masturbait et me rendait la pareille. J’en parlerais plus longuement bientôt.

Troisième configuration.

Le paroxysme de l’excitation a eu lieu lorsque j’ai ramené chez moi une fille que je savais être lesbienne mais que j’espérais quand même avoir dans mon lit. Elle ne voulait pas rentré chez elle (trop loin) et a été très claire mais j’ai été un peu idiot et une fois dans le lit je l’approchais, me faisant copieusement jeté. Pour la faire brève, je me suis fait engueuler et comme un idiot pour pas être vulgaire, et pour montrer ma frustration, j’ai pris mon ordi devant elle, mis un porno et je me suis masturbé. Elle s’est retourné d’un air navré et m’a dit qu’au moins j’aurai pu mettre une scène lesbienne, ce que j’ai fini par faire et nous nous sommes masturber tous les deux devant cette scène. Elle a fini par se mettre nue, elle a jouis à mes côté sans faire attention à moi, je revois sa peau en sueur, ses seins moites et ses cheveux en bataille. J’ai jouis en la regardant… J’aurais aimé qu’elle soit bi… Bon souvenir quand même. Le lendemain nous avons ris ensemble donc… tout est bien qui finit bien.

5 J'aime

Superbe partage, merci à toi !

Perso, je ne vois aucun(e) de mes ami(e)s avec qui je partagerais surement ce moment…
Le debut du premier cas m’est arrivé mais nous nous sommes isolés pour « terminer » donc il n’y a pas eu de gène pour finir la soirée ^^ mais il y en aurait surement eu sinon :sweat_smile:

1 J'aime